Apiculteur à Pernes-les-Fontaines, François Vachet en connaît évidemment un rayon sur les infatigables butineuses de nos jardins. Un savoir dont il fait profiter les enfants des écoles de la CoVe.

Des abeilles dans une école, ce n'est pas banal !

"Avec mon fils, j'interviens à la demande de la CoVe dans les écoles depuis trois ans. L'intérêt, c'est de passer dans toutes les écoles du territoire. Cette action est en rapport avec les ruches que vous possédez à l'Hôtel de Communauté. En effet, il y a 4 ou 5 ans, la CoVe a pris conscience de l'intérêt de défendre l'abeille et les pollinisateurs. Puisqu'on ne peut pas faire venir tous les enfants à l'Hôtel de communauté parce que c'est compliqué, on fait une petite animation dans chaque école pour valoriser cette action que la CoVe mène tout au long de l'année."

Quel message leur délivrez-vous ?

"On parle des abeilles bien sûr, le sujet intéresse beaucoup les enfants. L'insecte est une curiosité : il peut être considéré comme dangereux parce qu'il pique, et il a un rôle très important pour la biodiversité. On termine par une dégustation de miel parce que ce qui nous intéresse c'est de pouvoir aussi expliquer pourquoi il existe des miels différents. L'important est de sensibiliser les enfants, d'éveiller leur curiosité."

Vous êtes apiculteur de métier ?

"Non, c'est une activité parallèle qui prend beaucoup de place parce qu'elle se développe. La ville de Pernes-les-Fontaines possède cinq ruches en propre. Mon fils et moi en avons trente-cinq. On est arrivé à une petite limite par rapport à mon autre fonction de responsable de la communication à la mairie de Pernes-les-Fontaines. Nous vendons notre miel dans la miellerie à la maison. Nous ne faisons pas de marché. C'est par passion et par intérêt pour les abeilles que nous avons démarré il y a une dizaine d'années. J'ai commencé avec une ruche et, maintenant, c'est mon fils qui prend la relève."

Et donc vous intervenez aussi à la demande des collectivités ?

"La principale collectivité dont je m'occupe est celle de Pernes-les-Fontaines. C'est moi qui aie amené le projet "Abeille sentinelle". La ville est classée APIcité©*. On a étoffé l'opération. C'est le Syndicat des Apiculteurs de Vaucluse qui gère le petit rucher municipal parce que je n'ai pas le temps de le faire. On axe vraiment notre direction environnementale sur l'abeille. On est en train d'être certifiés bio pour la restauration scolaire. L'alimentation, les pesticides sont des sujets proches de l'abeille. Voilà, il y a des facteurs favorables à la discussion."

Aujourd'hui, les abeilles vont-elles mieux ?

"Ça va mieux, mais ça va prendre du temps parce qu'on a tellement de retard. On est plein d'espoirs, les choses bougent. Aujourd'hui, ce qui manque cruellement, c'est la biodiversité."

* APIcités© : label lancé en 2016 par l'Union Nationale de l'Apiculture Française pour mettre en avant l'implication des communes dans la préservation des abeilles domestiques et des pollinisateurs sauvages.

Découvrez le grand angle spécial L'ambition durable dans l'Intercom 78.