Productrice de saveurs depuis 1957, la Ferme du Rouret à Mazan est membre du réseau Bienvenue à la Ferme*. En boutique, farines, vin, jus de fruit et légumes de saison. Aux commandes de l'exploitation, Catherine Aptel et Florence Guende, mère et fille. 

Présentez-nous la ferme du Rouret, votre domaine.

Catherine Aptel : « Mon père a repris les terres en 1957. Le fermier est parti. Moi, j’ai pris la suite dans les années quatre-vingt et depuis quinze ans je travaille avec ma fille. »

Florence Guende : « Le domaine était travaillé par des fermiers, mais il appartient à notre famille depuis trois siècles minimum. Il rassemble d’un seul tenant entre dix-sept et dix-huit hectares. Seize hectares sont travaillés selon les principes de l’agroécologie, tout en bio. Le reste est réservé à la biodiversité. L’idée est de trouver un équilibre entre nature et agriculture. En utilisant le moins d’intrants* possible, la terre se régénère mieux. »

Quand avez-vous démarré dans l’agritourisme ?

«  Ma grand-mère a œuvré dans les années soixante-dix à la mise en place du réseau initial. On a toujours fait de la vente directe. À l’époque, des repas y étaient même servis. Du point de vue des normes, c’était un peu compliqué. L’expérience a duré une dizaine d’années puis on a arrêté avec le développement des gîtes et des tables d’hôte. Elle a permis de faire de belles rencontres. Les gens étaient des habitués, ils envoyaient des cartes postales. Le lien avec le public a toujours été là. »

Florence, vous destiniez-vous à ce métier ?

« Je suis chimiste de formation. Je travaillais dans les arômes alimentaires artificiels. Je faisais de la formulation et du contrôle qualité. Revenir aux sources sur des produits bruts, sains et naturels, ce n’est pas mal.  Finalement, c’est ce que je voulais faire. Il y a trois ans, j’ai même écrit un livre de recettes, une œuvre familiale, Recettes d’une ferme en Provence. Tout le monde a mis sa patte. C’est comme une carte de visite, ça permet de se faire connaître. »

Quelles sont vos activités sur la ferme ?

« Principalement de la vigne pour le raisin de table et le raisin de cuve. Nous faisons aussi des volailles, des cerises, des céréales et du maraîchage. Le métier n’est plus le même qu’avant. On est aussi dans l’agritourisme, dans le cadre du réseau Bienvenue à la Ferme. On vend nos produits sur l’exploitation. On fait aussi de l’expédition, de la vente en gros et deux marchés de producteurs par semaine, en saison, le mercredi soir à Pernes-les-Fontaines et le samedi matin à Mazan. On participe aussi à l’AMAP* de Carpentras, au marché-gare, et à la Fête de l’agriculture paysanne, objectif kilomètre zéro à Caromb au mois de mai. »

Quel projet agritouristique préparez-vous actuellement ?

« On prépare la manifestation De ferme en ferme qui a lieu le dernier week-end d’avril et qui lance la saison. On ouvre de 10h à 18h pendant deux jours pour des visites de la ferme, des ateliers. Cette année, on en a prévu un sur la fabrication de papier végétal. Et on clôture la saison avec le festival Ventoux Saveurs. Il y a deux ans, on a organisé une visite sur le passé de la ferme intitulée Histoire d’un domaine, mémoire d’une famille. On est remonté trois siècles en arrière. Et l’an dernier, on a testé un sentier d’interprétation autour de la ferme, financé par l’Europe et la Région. Cette année, le projet se concrétise. C’est une entreprise de Carpentras qui fabrique les panneaux. Le sentier d’un kilomètre huit autour du domaine comporte douze stations et ouvre fin avril, début mai. Il évoque les liens entre l’agriculture et la biodiversité. Il est interactif, tout public et s’accompagne d’un livret de jeu. L’idée est de faire comprendre comment notre agriculture s’est développée en tenant compte de la nature et du paysage. C’est un travail collaboratif avec le Centre Méditerranéen de l’Environnement. On aimerait maintenant travailler avec des écoles, car il a vraiment un but pédagogique. »

Quels produits vendez-vous dans votre boutique ?

« Tout ce que nous produisons à la ferme : des volailles nourries au grain et en liberté, des fruits et légumes en saison, des céréales sous forme de farine de blé et de petit épeautre, des jus de fruit, du vin, des eaux-de-vie. On travaille avec un meunier, un pressoir, une cave, un bouilleur de cru, pour leurs talents. On choisit les variétés qui ont du goût. L’objectif n’est pas le rendement, mais la qualité. »

Qu’est-ce qui vous motive plus particulièrement dans ce métier ?

« C’est la diversité. Il y a plusieurs métiers à la fois. Il faut de la technique, savoir gérer les ressources et les personnes, communiquer, commercialiser, développer. À chaque fois, ce sont de petits rêves qui se réalisent. Si on a de l’imagination, le métier est sans limites. »

Quelles valeurs défendez-vous ?

« On fait partie de l’économie sociale et solidaire et on bénéficie d’un agrément d’État en tant qu’entreprise solidaire d’utilité sociale. On s’implique donc à tous les niveaux : territorial, social, sociétal, et environnemental. Et bien sûr, on est aussi dans le bio et l’agroécologie. Économiquement, on accepte la roue, la monnaie locale complémentaire en Provence, et on choisit des prestataires locaux. On se place vraiment dans un développement local dans le cadre du commerce équitable à notre échelle, celle de la vente directe. On a vraiment une vision globale du développement durable qui ne concerne pas que l’environnement. »

* Bienvenue à la Ferme : créé en 1988 et géré par les Chambres d’agriculture, le réseau est aujourd'hui le premier réseau national de vente directe et d’accueil à la ferme. L’offre porte sur la vente directe de produits fermiers, les séjours (gîtes et chambres d’hôte, camping et camping-cars), les loisirs (ferme équestre, découverte et pédagogique) et la restauration (ferme auberge, goûter/casse-croûte à la ferme, traiteur…).

* intrants : en agriculture, ce sont les produits apportés aux terres et aux cultures qui ne proviennent ni de l’exploitation agricole ni de sa proximité, comme les fertilisants, les produits phytosanitaires…

* AMAP : Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne et de Proximité