Depuis 2010, Jacques Myin est l’heureux président de cette association d’insertion par le travail basée à Carpentras. Ancien cadre supérieur dans le transport aérien, il s’est installé en Provence voici 30 ans pour investir dans l’informatique puis l’hébergement touristique. Il a d’ailleurs été président du syndicat d’initiative de son village adoptif, Mormoiron.

 

Comment êtes-vous arrivé à la tête de l’Université Populaire Ventoux ?

«  Je suis rentré au conseil d’administration, et puis comme il fallait bien un président, je me suis retrouvé dans ce rôle à partir de 2008 ! Il y avait aussi les “Jardiniers du Ventoux”, autre association qui émanait de l’UP . »

En 2010, l’association se réorganise et déménage. Des années charnières ?

«  Nous avions déjà des locaux boulevard du Maréchal Leclerc à Carpentras, mais nous avons voulu tout regrouper au même endroit. Un choix qui s’est révélé pertinent, car depuis les activités de l’UP Ventoux sont de plus en plus nombreuses : formation, éducation à l’environnement, chantiers de rénovation. »

Dans quels domaines travaille votre association ?

«  Il y a les activités historiques de l’association, le Relais travail saisonnier qui met en relation les agriculteurs et les travailleurs saisonniers, et tout ce qui concerne l’éducation à l’environnement, ou la préservation des métiers et des gestes techniques. Et puis il y a tout le travail d’accompagnement des comtadins vers l’emploi, par le biais de la formation aux savoirs de bases, ou par les chantiers. L’une des choses qui me remplit de satisfaction, et qui me fait dire que nous faisons un travail utile pour tous, c’est que lorsque l’on croise des personnes qui ont bénéficié de nos actions, ils sont toujours souriant et heureux de nous raconter leur parcours. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Intercom n°75